L'Oracle des Ether Planes

La navigation du site

Mythologie ::
Site officiel
Défi

Explorateur

Référence

Nouvelles
Avatars
Kesskesé?
Contact
Changer de langue

Fonds d'écran
Sets de cartes
Combats




Mythologie et Histoire des Créatures d'Etherlords

Beaucoup de Créatures d'Etherlords ont une mythologie et une histoire - vous pourrez trouver ici les plus interessantes d'entre elles. Je me suis souvent demandé d'où provenaient certains noms - et j'ai parfois trouvé des informations.
Les Lamias
Les Kobolds
Les Ogres
Les Orcs
Le Cyclope
Le Konung

Les Lamias
Les Grecs antiques croyaient que la Lamia était un vampire qui enlevait les petits enfants pour boire leur sang. Elle a été dépeinte comme une femme-serpent possédant donc un corps de serpent, une tête et un torse de femme. Habituellement considérée comme feminine, elle fut parfois désigné sous le nom d'un mâle ou d'un hermaphrodite.

Selon la légende, elle était une reine libyenne (ou princesse) qui était tombée amoureuse de Zeus. L'épouse jalouse de Zeus, Héra, la transforma alors en monstre, et assassina leur progéniture. Elle fit également en sorte que la lamia ne puisse plus jamais fermer les yeux, de sorte qu'elle ne trouve aucun repos pour effacer l'image de ses enfants morts. Quand Zeus réalisa ce qu'il était arrivé à la lamia, il ressenti de la pitié pour elle et fit un cadeau à son amoureuse: elle pourrait dorénavent enlever ses yeux, et les remettre bien entendu. De cette façon, elle pourrait se reposer de son malheur. La lamia a alors commencé à envier les autres mères et a pris sa vengeance en volant leurs enfants et en les dévorant.

Dans Lamia et autres poésies (1820), le poète anglais John Keats écrit au sujet de la lamia. Dans cette version, basée sur l'information qu'il a trouvée dans l'Anatomie de la Mélancolie du 16ème, la Lamia avait la capacité de se changer en une belle jeune femme. La voici donc qui prend une forme humaine pour gagner l'amour d'un homme.

Une autre version de ce mythe déclare que Hera a tué les enfants de la Lamia et que c'était la peine qui l'avait transformée en monstre.


Les Kobolds
Les Kobolds sont des ésprits laids qui proviennent du folklore allemand. Les versions les plus communes, connues sous le nom de Hinzelmännchen, sont décrites en tant qu'elfes de maisons, utiles ou pratiques. Ils effectuent parfois des corvées domestiques, mais peuvent également jouer des tours sur les habitants. Ce type de kobold serait proche du merle Goodfellow et aux brownies. Un autre type de kobold qui peut être trouvé dans les mines et autres endroits souterrains semble être lié plus étroitement au gnome.

Les Kobolds sont également trouvés dans la fiction d'imagination. Comme dans Donjons et Dragons et la vision qu'ils ont inspirés, beaucoup d'auteurs les présentent en tant que créatures agressives envers les humanoïdes plus petits qu'un humain. Ce sont des créatures mauvaises qui vivent entre elles plutôt que dans les maisons humaines. Nombre de kobolds ressemblent à des rats ou des chiens se tenant sur 2 pattes.


Les Ogres
Selon le folklore et la mythologie des peuples de l'Europe nordique, les ogres (du latin Orcus) sont une race d'êtres humains monstrueux, féroces et cruels, qui mangent de la chair humaine ; ils sont également timides et lâches, et ont peu ou pas d'intelligence ni d'habileté, qui rend la tache plus facile aux hommes pour les défaire. Une femelle de cette race s'appelle une Ogresse.

Les ogres seraient capables de changer d'apparence à volonté, que ce soit sous forme d'animaux ou d'objets, et ils demeurent souvent dans des palais ou des châteaux merveilleux, parfois souterrains.

Dans les pays scandinaves les ogres sont parfois associés aux trolls ; ils sont considérés comme les maîtres des châteaux construits dans les montagnes, gardant les trésors fabuleux (En comparaison avec le lutin irlandais) ; cette créature est considérée comme étant un géant (le plus généralement) ou un nain.

Dans l'art, des ogres sont dépeints avec une grande tête, des cheveux et une barbe abondante et velue, un ventre énorme, et un puissant corps.

La littérature pour enfants regorge de contes mentionnant des ogres et des princesses enlevées qui ont été sauvées par des chevaliers et, parfois, de vaillants paysans. Les ogres sont également populaires dans des jeux d'imagination et les films.

Par extension, le terme d'ogre s'applique à toute personne répugnante avec un tempérament violent.


Les Orcs
Orcus, dans la mythologie romaine, était un nom alternatif pour Pluton, Hades, ou Dis Pater, un dieu de la terre des morts. Le nom "Orcus" semble avoir été donné pour le mal, punissant à ses côtés, en tant que dieu qui a tourmenté des mauvaises âmes dans l'après vie.

Pliny l'ancient a écrit à propos des orcs dans son Historia Naturalis, décrivant un monstre de mer avec de grandes dents. Dans Orlando Furioso, une épopée par Ludovico Ariosto, le nom "orc" a été donnée à un monstre de mer qui a capturé la demoiselle Angélique, et a été combattu par le héros Rogero montant un hippogriffe. C'est cette utilisation du mot qui nous a donné le nom orca pour l'épaulard (maintenant appelé par les scientifiques orcinus orca).

De cette utilisation, le mot "orc" a été transformé en anglais en étant emprunté par Michael Drayton dans son Polyolbion, une poésie épique au sujet de Brutus le Troyen et les fondateurs mythiques de la Grande-Bretagne, et apparaît également dans le poême épique Le Paradis Perdu, par John Milton. William Blake appelle un des personnages de sa mythologie complexe "Orc" ; Orc de Blake, un nom propre, semble être l'incorporation de la passion et de l'énergie créatrices, et restent opposés à Urizen, l'incorporation de la raison.

L'humanoïde, race non-marine des orcs est l'invention de Tolkien.


Le Cyclope
Il y a deux générations de Cyclopes. Première Génération : Ces Cyclopes étaient les enfants d'Uranus et de Gaia. C'était des géants avec un oeil simple au milieu de leur front et à l'aspect fétide. Selon Hesiod, ils étaient forts, têtus, et sans émotions. Ce nom est par la suite devenu synonyme de force et de puissance, et a été employé pour signifier particulièrement destructeur.

Deuxième Génération : Les Cyclopes étaient une race de monstres borgnes énormes qui résidaient sur une île du même nom. Généralement, le terme cyclope se rapporte à un fils en particulier de Poseidon et de Thoosa, appelé Polyphemus, qui était un cyclope. Un autre de la deuxième génération de Cyclope était Telemus.

Etant donné leur penchant pour la Forge, beaucoup de disciples croient que la légende du Cyclope a résulté d'une pratique réelle où les forgerons portaient un cache sur un oeil pour ne pas devenir aveugle à cause des étincelles. Les forgerons se tatouaient également des cercles concentriques en l'honneur du soleil ; c'est une autre source possible de légende. La deuxième génération de Cyclopes est certainement d'un type différent que la première génération; ils auraient été ajoutés plus tard au Panthéon et n'auraient rien à voir avec la forge. Beaucoup croient que les légendes liées à Polyphemus n'étaient pas au sujet des cyclopes jusqu'à ce que Homer l'ait ajouté dans l'odyssée ; Polyphemus aurait pu être une sorte du démon ou de monstre local.

Une autre origine possible pour la légende des cyclopes est que des crânes préhistoriques de proto-éléphant ont été trouvés par les Grecs (certains existent toujours aujourd'hui en Crète). En raison de la grande cavité nasale centrale (pour le tronc) dans le crâne, il pourrait avoir pensé que c'était un seul et grand oeil. De plus petits, normaux, auraient été sur les côtés et beaucoup moins impressionnant. Etant donné le manque d'expérience que les gens du pays ont probablement eu avec les éléphants vivants, ils étaient peu susceptibles d'identifier le crâne pour ce qu'il était réellement.


Le Konung
Il n'y a pas vraiment d'explication Mythologique pour cette créature, mais la recherche des origines de ce mot était interressante - "Konung" n'est rien d'autre que le terme Suédois signifiant "Roi"
 

Ailes de la gargouille

La gargouille des Ether Planes